A Story About Pokémon
Bienvenue étranger sur A Story About Pokémon !
Ce forum RPG est spécial car on y incarne uniquement des Pokémon. Ceux-ci peuvent également avoir des métiers, des vêtements et des armes en rapport avec l'époque Médiéval. Il y a des courses entre camps pour savoir qui sera le meilleur !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Bayonetta (PS3, 360, Wii U) et Bayonetta 2 (Wii U) [critique/avis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dejan

Dejan

Date d'inscription : 07/08/2015
Messages : 295

Parchemin
Arme:
Infos sur le personnage:
Points: 2085

Bayonetta (PS3, 360, Wii U) et Bayonetta 2 (Wii U) [critique/avis] Empty
MessageSujet: Bayonetta (PS3, 360, Wii U) et Bayonetta 2 (Wii U) [critique/avis]   Bayonetta (PS3, 360, Wii U) et Bayonetta 2 (Wii U) [critique/avis] EmptyMar 29 Déc - 17:08

Hello les gens ! Vous avez peut-être pu le constaté via divers discussion ou "preuves" mais je suis un gros joueur. Je dois jouer plus que je ne rp (oui pardon, je rattraperais ça ;w;). Et donc, histoire de garnir ces topics, peut-être vous faire découvrir certains jeux, j'ai décidé de faire divers critiques de jeu auquel j'ai porté beaucoup d'attention. Peut-être aussi que j'aborderais divers choses comme des compagnies ou des séries dans leur ensemble.

Aujourd'hui j'aborde deux jeux, sensiblement semblable et l'un étant la suite de l'autre.

Bayonetta (PS3, 360, Wii U) et Bayonetta 2 (Wii U) [critique/avis] Bayonetta-devushka-pistoletyVient là mon petit~♥

Nous somme en octobre 2009 et une petite compagnie émergente nous présente son grand titre qui fait la fierté de son créateur, Hideki Kamiya. Ce studio c'est Platinum games. Studio que l'on peut résumer par la reformation de l'ancien studio du bonhomme, clover. Clover était un prestigieux studio ayant fait de bon jeu pour le compte de Capcom mais qu'y avaient la manie de ne pas ou peu se vendre, notamment à cause de Capcom, peu confiant en ces licences mais aussi et surtout des joueurs perturbé par... Un petit quelque chose qu'on appelle le changement. Vous verrez bien. Après la dissociation de Clover, Kamiya et quelques potes formèrent seed ldt qu'y fusionna par la suite avec un autre ancien de capcom add ldt. La fusion donne alors en 2007 Platinum games inc. Nous avions pu les voir à l'œuvre en 2009 une première fois sur Madworld. Un jeu dont je devrais ABSOLUMENT vous parler également. Nous sommes à une époque ou le beat em all reprend son souffle après un relative silence sur la génération PSone et un retour sur PS2 qu'y allait tout reprendre. Nous sommes donc à une époque où God of War et Devil may cry (ainsi que légèrement Dynasty Warrior de son côté) ont pu prendre une bonne place sur le marché et imposer leur genre et leur marque. Vient alors Kamiya qu'y arrive avec sa nouvelle licence. En a t'il vraiment les moyens ? Eh bien assurément. Non content d'avoir lancé à ses débuts Devil May Cry (prévu à la base comme un Resident Evil 3 mais trop différent de son modèle) mais en temps que créateur il est aussi reconnu pour avoir été sur Okami (faudra que j'en parle aussi ;w;) et Viewtiful jeu. On l'a retrouvé plus récemment sur Wonderful 101 (Lui aussi faut que j'en parle ;w;) et prochainement sur Scalebounds qu'y se présente comme le futur fer de lance de Microsoft pour faire acheter aux japonais une Xbox one. Autant dire qu'il s'agit pas d'un manche.

Comment vous résumer le speech de Bayonetta ? Pensez à une lutte "classique" entre lumière et ténèbres. Les sages de Lumen et les sorcières de l'Umbra. Nous sommes donc 500 ans après cette guerre et nous incarnons donc "Bayonetta" une sorcière amnésique qu'y s'est donc réveillé de sa tombe il y a quelques temps de cela. L'histoire nous envoie donc à la recherche des "yeux du monde" qu'y semble être la clé d'un pouvoir phénoménal.


Le jeu est un Beat Em all somme toute assez classique mais qu'y possède pour lui, aux contraires de d'autres jeux de son genre, une mécanique d'infinisation. Concrètement toutes vos actions peuvent amener à des combos, des cancels et des esquives. Esquives qu'y sont au cœur du combat. Seul vrai moyen de s'éviter des dégâts, elle est aussi encouragé par le "Witch time" Quand vous esquiver certaines attaques et surtout au dernier instant, vous pouvez ralentir le temps autour de vous, laissant l'ennemis à votre merci. Ajoutez à cela que vous pouvez vous équiper de deux armes, une aux bras, et l'autre aux jambes. Ces choix ne sont pas sans conséquence étant donné qu'elles affluent sur la vitesse de vos attaques et surtout de vos combos. Il en viendra alors à vous de trouver les combinaisons vous plaisant le plus. Notre chère Bayonetta est également très amatrice de sucette. En effet on la verra très souvent une sucette au bec. Elles sont également vos seuls boost permettant notamment de vous soigner ou gagner des forces.

Le jeu est excellent, sans mentir, c'est un jeu qu'y faut avoir quand on apprécie le genre, musicalement il est divin, accompagnant parfaitement l'action ou la situation, c'est bourré de référence, un humour trash très appréciable mais je veux surtout vous parler de 3 points qu'y m'ont conquis dans le tout.

Tout d'abord les personnages. Chacun joue et assume son rôle au maximum. Rodin qu'y a une classe absolu rien qu'aux premières minutes où on le voit, Jeanne la rivale qui presque, doit avoir un complexe d'infériorité par rapport à la protagoniste, Lukas le parfait cliché du dragueurs mais c'est bien Bayonetta qu'y reste le meilleur personnage du jeu. Pour vous faire simple, c'est l'antithèse de Samus Aran (qu'y est pourtant mon personnage féminin favori) L'une est sérieuse, droite, digne et parait presque tomboy. L'autre est provocante, sexualisé à donf, se fout de tout et surtout tout le monde (Le genre à dire qu'un monstre faisant la taille d'un immeuble a une tête de bite) et surtout elle l'assume le tout en mêlant les stéréotypes de héros de film d'action, d'une prostitué et d'une danseuse étoile. Et je dis surtout cela en rapport à son rôle d'antagoniste. Là où pour le beat em all, la femme reste souvent rattaché à cette chaire désirable que l'ont doit sauvé, Bayonetta montre très bien qu'elle a pas besoin d'un quelconque mâle pour se sauver les miches. Et je trouve ça très bien d'avoir un personnage brisant autant les clichés en s'en amusant et en en jouant.

Comme énoncé tout juste, le chamboule un peu tout ce qu'on a pu voir dans le genre. Et le jeu lui même est clairement reconnaissable à ses différences avec les autres du genre, au lieu d'un beau gosse ou d'un barbare cuissu, barbu et burné on a une femme bien moulé qu'y ferait bandé même un mort. Au lieu de combat mou voir de combo minime ou schématisé, les possibilité sont infini avec une panoplie de mouvement gigantesque. Bref c'est un jeu qu'y repousse les limites du beat em all un peu comme l'avait fait avant madworld en accentuant le gore aux limites du raisonnable, montrant que Wii et hémoglobine pouvaient très bien aller ensemble si l'ont faisait l'effort.

En dernier point, c'est la mise en scène absolument gigantesque et épic !!! La démesure est le maitre mot du jeu. Et j'adore quand une mise en scène est faite sans la moindre limite sans aller dans le too much ou le ridicule. Il suffit de voir les mises à mort SM ou les exécutions des boss tout aussi classe. Vous ne verrez plus les mises à mort dans d'autres jeux de la même manière avec celles de bayonetta.

Malheureusement, comme beaucoup de jeu de Kamiya, le jeu n'a eu droit qu'à des ventes très moyenne à cause du paradoxe du joueur, ce dernier ne voulant pas freiner la créativité des joueurs mais réclamant de suivre ses directives pour que les choses soient bien faites (la fin de Mass effect 3 en soit témoin), un joueur voulant tout et son contraire et qu'y réussi à être insatisfait soit disant que c'était ce qu'il voulait ou encore ici, un joueur se plaignant de l'abus de certains genre mais que lorsqu'on en change ne fait pas l'effort de vouloir s'y essayer et rester son jeu phare qu'y 2 minutes avant se plaignait que c'était toujours la même chose. On en vient au principal problème du soft, si ce n'est quelques petites finitions qu'y aurait pu être faites mais qu'y est loin de déranger ici. Ses défauts principaux étant donc un travail parfois illégale sur certains points. Si tout ce qu'y concerne beat em all est parfait, ça a tendance à dérailler quand celui ci s'en éloigne. On citera par exemple des lacunes dans la plateforme parfois imprécise ou des phases n'apparaissant qu'une fois et donc ne sont pas foncièrement dérangeant.

Non le principal hic du jeu est, sans contexte, sa difficulté. Cela peut être une plus value pour beaucoup mais il est sûr que tout le monde n'appréciera pas. Ce point ne m'a pas déplu mais je me sens quand même engagé à vous donner cette petite réserve. En effet le jeu est exigeant. Pour vous illustrer, le jeu est à l'image de Bayonetta, très attirante, un penchant pour le SM et le cuir qu'y vous invite à la rejoindre sur le lit. Vous êtes vraiment très intéressé mais quand vous accepté, elle vous prend par le bras, vous plaquant sur ses genoux et vous fous une fessée avec un gourdin à pointe. Le jeu est putain de dur. Même en normal vous allez en chier sévère. Passé le normal, les ennemis ne vous laisse aucun répit, vous n'avez pas moyen de respirer, ils vous attaquent sans cesse, votre witch time est amoindri pour ne pas dire inexistant en apothéose et le pire c'est que les trophées sont exigeant eux aussi. Alors... Qu'une mort handicap notre score, c'est normal. Cependant faut dire que ces morts s'accumulent. Passé 3 morts vous vous retrouvez avec le trophée le plus bas, même si vous avez du or/platine à chaque combat. Ça encore, okay. Mais le pire reste les objets. Vous vous souvenez des sucettes ? Et bien sachez que chaque utilisation de ces objets sont pénalisé à la fin par le score. Donc soit vous utilisez des objets, le jeu vous soulignant légèrement à la fin que vous êtes un assisté, soit vous le faite pas et vous manger les pissenlits par la racine car les loot de soin étant très rare et les combats s'enchainant, vous allez de toute façon crever. C'est pour dire, les combats de boss sont certainement  les phases les plus simples que j'ai trouvé dans le jeu. Bref un must à avoir si on veut des boobs et du challenge collé ensemble.

Après donc cet épisode, nous avons alors eu un silence radio durant des années, si ce n'est des petits cameo notamment dans Anarchy reign un beat em all tourné online. Les gens semblaient réclamé un Bayonetta 2 malgré tout. Mais il y avait deux problèmes. Tout d'abord son éditeur, SEGAH! qui n'était pas confiant à renflouer de l'argent pour la suite d'un jeu en demi teinte et donc ne voulait pas enchainer un nouveau bide mais aussi kamiya qu'y a un syndrome à la Jim Carrey, à savoir qu'il était peu enthousiaste à faire une suite. Donc voila, c'était mal parti pour une suite...


Nous sommes maintenant en 2012. le mois de Septembre bat son plein et Nintendo prépare lentement mais surement sa prochaine machine la wii u. Vient alors parmi les divers annonces ce teaser qu'y aura secoué la planète.


https://www.youtube.com/watch?v=doQAVIeWJ4Q

Et alors que la planète aurait dût soulever sa hype... Ce fut le bullshit. Pourquoi ? Simplement parce que Nintendo s'appropriait la licence et devenait donc exclusive à Nintendo. Si le géant rouge devait avoir pour idée d'agrandir son catalogue avec un titre plus mature pour attirer le châlant, on pouvait quand même penser que c'était une envie de faire revivre une licence qu'y les intéressait. Si ce n'était pas le cas, ils auraient complètement formaté le jeu pour en sortir un truc bien moins intéressant que ce que le jeu aurait pu être. Pour dire, divers interviews semblaient dire que Nintendo leur laissait une grande liberté à ce propos pour ne pas dire qu'ils ne sont pas intervenu au développement mais ont eu un œil critique sur le jeu. Le problème était finalement le même que pour Monster Hunter, série débutant sur Playstation 2 ayant soudainement viré sur les consoles Nintendo. Si pour la licence de chasse de Capcom, ça a dût se calmer tout seul, pour Bayonetta le rage-o-metre avait grimpé à un point de stupidité ahurissant, au point qu'un grand sage à dût calmer le jeu.


https://www.youtube.com/watch?v=HruWEu8ytVo
"la vidéo date un peu et certains faits sont maintenant hors de propos." (je veux faire une partie de Splatoon en discutant de la santé du jeux vidéo avec cet homme <3)

Bref le temps passe, 2 ans exactement, on en découvre alors plus sur le jeu, notamment que c'est maintenant Nintendo qu'y finance la plus grande partie du jeu, Sega n'en donnant qu'un minimum. On découvre aussi que le premier opus sera réédité sur Wii U avec en bonus des costumes Nintendo.

Et ils pètent la classe !:
 

Bref. Que donne ce second épisode réalisé par Yusuke Hashimoto déjà passé sur le premier opus en temps que producteur et supervisé par Kamiya ? Eh bien... Qualité comme faiblesse, c'est un bayonetta 1.5. C'est cool car nous sommes en terrain connu mais cela peut déranger car on sent un manque de nouveauté. Une nouvelle commande permet d'invoquer nos démons tout en exécutant nos combos, gagnant en porté et puissance. On acquiert une forme de serpent nous permettant de nous déplacer dans l'eau, des ailes pour des phases aérienne et un niveau se déroule dans un mécha très bourrin qu'il nous sera possible d'invoquer avec un certain objet. Le jeu est désormais plus simple, encore un mal pour un bien. Le jeu est maintenant plus accessible sans être casual (malgré un mode casual permettant de jouer à l'écran tactile du gamepad) mais conserve son challenge. Aussi cette fois ci, les utilisations d'item ne sont plus une pénalité mais le loot pour confectionner ses propres sucettes est plus rare (option déjà disponible et utile dans le premier opus). Un mode online coop-compétitif a aussi été ajouté nous proposant d'affronter ennemis ou boss à notre guise. Bref, si vous avez adoré le premier opus ou que vous voulez le jeu second jeu de l'année 2014 (le premier étant Mario Kart 8... Donc bon, pas bien mal) C'est ce qu'il vous faut.

Mais où en est Platinum games maintenant ? On peut dire qu'au départ petite compagnie méconnu faisant un travail généreux mais injustement récompensé, elle a mérité une place de développeur de prestige. En 2015, ils travaillaient sur pas moins de 4 titres à la fois entre cet année et 2016, Nier Automata pour Square Enix en 2016, Transformers devastation pour Activision, bel hommage au dessin animé des années 80 déjà sorti, Scalebound auquel Microsoft croit à fond et Star Fox 0 pour Nintendo en collaboration avec Myamoto et reporté à 2016 pour que Platinum games puisse y mettre sa touche, sachant que c'était un rêve du développeur de Bayonetta 2 que de faire un starfox, d'où un costume de Fox en clin d'oeil. Et j'ai envie de dire, ce succès, c'est grâce à Bayonetta 2. Ce jeu a réussi alors qu'il avait pourtant aucune espérance, que ce soit son annonce ou son succès au vu de la console.

L'exclusivité de Bayonetta à Nintendo en une image:
 

Pour faire simple, Platinum games passe maintenant des jours heureux mais qu'en est t'il pour Bayonetta ? Yusuke disait avoir des idées pour un Bayonetta 3 après sa sortie. La série a maintenant la renommé qu'y lui ait dût en temps que licence forte du beat em all là où les autres ont tendance à se faire rare. Les joueurs ont montré enfin leur soutient au personnage en lui permettant un ticket VIP à super smash bros grâce au scrutin des combattants, première place en europe et 5ème des USA ainsi que le premier choix à travers le monde en terme de gameplay (Pour l'anecdote, je n'aurais jamais cru qu'elle puisse s'y joindre, déjà car difficile à retranscrir à cause du côté provocant du personnage mais aussi que Kamiya avait poussé un coup de gueule car il en avait marre que, suite à l'exclusivité de Bayonetta 2 sur Wii U, qu'on lui demande si bayonetta sera jouable dans SSB4) . Yusuke se dit maintenant motivé à continuer son travail après avoir fini Star Fox 0 et BAYONETTA DANS SUPER SMASH BROS BORDEL !!! *tousse*. On ne peut maintenant qu'espérer un Bayonetta 3, des spin off voire voir Platinum games s'occuper d'une nouvelle licence comme Metroid (se qui serait PAR-FAIT ♥), F-zero ou encore arriver un Wonderful 102 puisse s'inviter encore sur Wii U. Nintendo et Platinum games étant maintenant très intime et promit à collaborer souvent désormais.


https://www.youtube.com/watch?v=HruWEu8ytVo
J'ai tellement fait un fatal error system en voyant ce trailer... ♥

Sur ce je vous laisse et j'espère revenir à ce genre de critique voir vous avoir encouragé à vous procurer le jeu. À bientôt.

Prochain test sur... (c'est un jeu de piste, à vous de trouver quoi):
 

_________________
Je siffle en #339933
Je recrute ! Des volontaires ?
Bayonetta (PS3, 360, Wii U) et Bayonetta 2 (Wii U) [critique/avis] 617065signadejan2Merchi Idenn x3

Ma vie en musique: