A Story About Pokémon
Bienvenue étranger sur A Story About Pokémon !
Ce forum RPG est spécial car on y incarne uniquement des Pokémon. Ceux-ci peuvent également avoir des métiers, des vêtements et des armes en rapport avec l'époque Médiéval. Il y a des courses entre camps pour savoir qui sera le meilleur !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En passant chez le passeur [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Larness

avatar

Date d'inscription : 08/03/2016
Messages : 20

Parchemin
Arme: Aucune
Infos sur le personnage:
Points: 43

MessageSujet: En passant chez le passeur [Libre]   Jeu 10 Mar - 13:02

Comme d’habitude, on lui avait proposé un Galopa pour son voyage. Et, comme d’habitude, il avait refusé. Après tout, on ne l’appelait pas le Seigneur de la Marche pour rien. Une vieille blague de poivrots, mais qui lui collait plutôt bien à la peau. Fouler le sol de ses propres pattes lui procurait des sensations bien plus grisantes qu’un simple voyage express sur le dos d’un autre pokémon. Il avait la sensation de ne faire qu’un avec la terre. Il lui donnait ses efforts et sa sueur et, en échange, elle le confortait dans une sensation de bien-être.

Il lui avait fallu moins d’une demi-journée pour rejoindre la côte. Le soleil venait de passer son zénith depuis une heure ou deux et la mer reflétait ses innombrables rayons, brillant tel un miroir de bordel. Larness longeait désormais l’immense plan d’eau, se dirigeant vers l’embarcadère. Il n’y avait personne, juste une vieille bicoque rassie et un ponton de bois. Le Mangriff ne s’en inquiéta guère et se contenta d’aller s’assoir au bout du ponton, attendant tranquillement en profitant de la douce brise marine. Au bout d’une vingtaine de minutes, des remous dans l’eau apparurent juste en face de lui. Une construction de bois en émergea, semblable aux gigantesques cabines d’un galion. Il s’avéra qu’elle était attachée sur le dos d’un immense Wailord qui riva un oeil énorme sur le Mangriff ridiculement petit à côté du monstre marin.

- Salut, mon grand, fit Larness. J’suppose qu’il te reste une petite place pour moi ?

Le pokémon baleine ne répondit pas mais oscilla légèrement la tête pour acquiescer. D’un bond leste, Larness sauta alors sur la plate-forme de bois. Plutôt que de rentrer dans les cabines, il préféra s’accouder au bastingage pour faire la conversation.

- On attend du monde ? Ou j’ai le droit à un voyage première classe pour moi tout seul ?

Une longue plainte sortit alors de l’immense bouche du monstre marin.

- On part dans une heure ? Hum, d’accord.

Aussitôt, Larness déposa son sac de voyage sur le pont et commença à y trifouiller. Il en sortit une pièce de bois grossièrement taillée qu’il se mit aussitôt à cisailler à coups de griffe, assis sur la rambarde. Elle ressemblait vaguement à un Dracafeu. C’était une commande d’un Salamèche qui voulait cristalliser ses espoirs de grandir en un petit talisman.

- Alors, t’as déjà fait quelques allers-retours jusque-là, hein ? « Là » faisant évidemment référence à sa destination, Ahoris. Paraît que c’est une île de glace, et pourtant une jungle luxuriante y pousserait. Si ça, c’est pas une île mal-foutue, j’m’y connais pas ! ‘fin bon, j’ai eu une longue et chienne de vie qui m’a appris que tout ce qui était mal-foutu avait une raison de l’être. J’ai hâte de savoir quelle est la raison de cette île. J’suppose que tu me rembarreras si j’te demande pour partir de suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larness

avatar

Date d'inscription : 08/03/2016
Messages : 20

Parchemin
Arme: Aucune
Infos sur le personnage:
Points: 43

MessageSujet: Re: En passant chez le passeur [Libre]   Lun 14 Mar - 10:53

Larness se réveilla en sursaut lorsqu’un immense jet d’eau sortit en un puissant geyser de la gueule du Wailord. Le pokémon baleine se mit en branle et, aussitôt, le véhicule improvisé se mit en route. A moitié allongé sur le toit des cabines, le Mangriff explorateur se grisa du vent iodé. Finalement, il ferait le voyage à bord seul. Les foules ne semblaient pas se bousculer pour aller sur l’île d’Ahoris. Et il ne le comprenait pas. Comment pouvait-on rester assis chez soi le cul vissé dans son siège alors que tant de mystères étaient à portée ? Il suffisait presque de tendre une patte pour les toucher.

Tant pis pour eux, et tant mieux pour lui. L’idée de parcourir des terres sauvages inexplorées l’excitait. Il serait le premier à fouler ce sol de ses pattes, à y suer, à y saigner, à s’y perdre. Bientôt, la côte disparut de son champ de vision, et il ne lui restait plus que de l’eau à perte de vue à admirer. Où qu’il tourne la tête, le bleu était présent, qu’il soit du ciel ou de la mer. Il n’aimait guère cette sensation. C’était un nageur très moyen et l’idée de dépendre uniquement de son moyen de locomotion ne l’enchantait pas des masses. Sans être de type Eau, même un véritable champion ne saurait rien faire face à la mer. Elle avait déjà pris tant de personnes sans jamais les rendre.

Soudain, là, debout sur un Wailord, Larness comprit enfin pourquoi tant de gens prenaient la mer. Sa puissance était indéniable, une des plus grandes forces de la nature. On ne pouvait que la respecter. Ou la craindre. Voire les deux. Rapidement, une raison de la craindre apparut à l’horizon. C’était encore une vague silhouette au vu de la distance, mais à cette vitesse, ils seraient sur eux dans moins d’une heure. Larness bondit de sa place, posant la patte sur le pont, il s’approcha du bastingage pour parler à son hôte.

- Dis voir, mon gros. J’voudrais pas te presser, mais il semblerait qu’on ait des pirates aux fesses. Et ils ont le vent pour eux. Du coup, une petite accélération ne nous ferait pas de tort.

Une longue plainte lui répondit. Le Wailord lui expliqua qu’il était déjà à son maximum. Effectivement, il avançait à l’inverse d’un courant marin qui rendait la nage moins efficace et plus fatigante que la navigation.

- Ah, tiens donc ? Du coup, faudra m’expliquer pourquoi on utilise pas un bateau pour la traversée ? Les nobliaux sont quand même pas si radins que ça ?!? J’peux en construire un, moi, d’bateau ! Enfin, j'peux en tailler le bois, quoi!

Larness cracha à la mer, le dédiant au visage de ceux qui avaient organisés cette expédition. Mais bon, fallait-il dire pour leur défense que les pirates étaient plutôt rares sur la Mer Discorde. On pouvait même dire que le Mangriff avait droit à un spectacle très rare. Il se tourna et mit une patte en visière, de sorte à ne pas être forcé de plisser les yeux face aux puissants rayons du soleil. Le navire gagnait sur eux de plus en plus. On distinguait désormais ses contours ainsi que le pavillon noir battu par les vents au sommet du mât.

- Allez, mon p’tit pote ! Demi-tour et coule-nous ces merdeux ! Rien de plus facile pour toi. De son cri strident, le Wailord lui répondit et Larness en fut atterré. Tu plaisantes ? Un pacifique, toi !?! Un mastodonte pareil, normalement, ça règne sur les océans. Et toi, t’oses me dire que t’es juste une grosse baderne innocente ?

Larness l’insulta avec véhémence, du mépris dans la voix. Ce n’était pas le fait que le pokémon marin ne voulait pas se battre qui le contrariait. En tant que grand admirateur de la force, il trouvait juste dommage que l’une de ses incarnations-même ne l’exploite pas comme il se doit. C’était presque une insulte pour lui. Etre si puissant, et ne rien faire de cette puissance. Il n’arrivait pas à le concevoir. Comme pour s’excuser, le Wailord redoubla d’efforts pour distancer le navire. En vain. Les clameurs des pirates retentirent alors que Larness était encore en train de pester. C’était un magnifique trois-mâts, une belle pièce que même le Mangriff, qui n’y connaissait rien, trouvait impeccablement entretenue. Des grappins fendirent alors les airs et se déployèrent un peu partout, raclant le pont pour finir par s’accrocher au bastingage. Aussitôt, Larness fit jouer ses griffes et en trancha quelques uns lorsqu'une voix retentit. Une voix puissante qui stoppa aussitôt la mangouste dans son action.

- Hola, du Wailord ! Il serait fort aimable de votre part de vous délester de toutes sortes de richesses en votre possession. Aimable et fort sage, j’entends. J’ai des canons, un équipage, et une puissance sans commune mesure. Coopérez et aucun mal ne vous sera fait ! Ne suis-je pas également d’une grande clémence ?
- Oh si, Capitaine ! hurlèrent en chœur les membres de l’équipage alors que son capitaine sautait d’un bond sur la figure de proue, le révélant aux yeux de Larness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larness

avatar

Date d'inscription : 08/03/2016
Messages : 20

Parchemin
Arme: Aucune
Infos sur le personnage:
Points: 43

MessageSujet: Re: En passant chez le passeur [Libre]   Lun 14 Mar - 23:53

Le capitaine pirate le toisait du haut de sa figure de proue. C’était un Shaofouine élancé, plutôt fin mais taillé tout en puissance et en muscles. Il portait un tricorne sur la tête et un manteau noir. A sa ceinture saillaient un sabre et deux revolvers. Derrière lui, sur le pont, se tenait une vingtaine de gaillards prêts à en découdre. Le navire pirate était désormais côte à côte avec le Wailord. Celui-ci se tint immobile, conscient qu’il pouvait plonger en abandonnant Larness si les choses tournaient mal. Et, tout comme cette aimable baleine, Larness en était également conscient. Sa situation était des plus délicates, pourtant il ne s’en souciait pas vraiment. Il attendait patiemment le bon moment pour ouvrir les hostilités. Et pour les clore aussitôt.

- Eh bien, vous êtes durs d’oreille ? Il me semble bien vous avoir demandé de vous délester de vos possessions, fit le Shaofouine.

- Tout est là, rétorqua simplement le Mangriff en laissant tomber son sac à ses pieds.

- Que nenni, mon brave ! Je ne peux y croire, un si grand appareil pour un si petit nombre de passagers, pensez-vous ! Gerhold, va vérifier à l’intérieur !

Un Vigoroth bondit alors du navire pirate et atterrit lestement sur le pont du Wailord. Il dépassa Larness et s’engouffra aussitôt dans les cabines. Il revint quelques petites secondes plus tard.

- Rien ni personne, capitaine ! beugla-t-il en revenant sur le bateau. Ce corniaud dit vrai !

Ledit capitaine sauta alors à son tour, atterrissant à quelques mètres devant le borgne, le lorgnant les bras croisés. Il baissa les yeux vers le sac. Puis, il scruta le Mangriff, s’attardant sur ses nombreuses blessures.

- Je suppose que tu vas me dire qu’il faut que je te passe sur le corps pour prendre ton sac, lâcha-t-il. C’a l’air d’être ton genre.
- Non, il est à toi. Prends-le. Cette réponse sembla interloqué le capitaine.
- Je ne comprends pas, je vois bien que tu es fort.
- Et moi, je vois bien que tu es plus fort.

Le Shaofouine sourit, apparemment satisfait de cette réponse. Il décroisa les bras et les posa sur ses hanches en secouant la tête. Puis, il s’avança vers Larness et se pencha finalement pour prendre son sac tout en parlant.

- C’est assez surprenant de rencontrer des gens assez aguerris pour connaître leurs limites. Tu es un vrai surviv… commença-t-il en relevant la tête.

Juste à temps pour voir deux griffes noires foncer droit sur son visage. Elles se plantèrent dans les yeux, traversèrent le crâne et déchiquetèrent le cerveau. Lorsque Larness les retira d’un coup sec, le corps du Shaofouine tomba et un silence pesant tomba aussitôt avec lui. Sur le pont du navire pirate, ce fut l’incompréhension totale. Personne n’avait compris ce qui venait de se passer. Et pourtant, ça s’était passé. Leur capitaine était mort ! Avant que le choc ne se dissipe, Larness attrapa le cadavre et le lança d’un jet puissant sur le bâtiment.

- Tenez, le cadavre de votre capitaine ! Vous voyez que vous ne repartirez pas les mains vides!

Des épées raclèrent leurs fourreaux. Des chiens furent relevés sur leurs pistolets et des cris rauques furent poussés. Les pirates se mirent en branle, s’apprêtant à aborder. Le premier d’entre eux s’élança, et se réceptionna lamentablement puis tomba à la mer. Le Mangriff fut interloqué mais comprit aussitôt pourquoi en prenant conscience que le pont commençait à se dérober sous ses pieds. Le paisible Wailord avait senti l’effusion de sang à venir. Il allait plonger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larness

avatar

Date d'inscription : 08/03/2016
Messages : 20

Parchemin
Arme: Aucune
Infos sur le personnage:
Points: 43

MessageSujet: Re: En passant chez le passeur [Libre]   Mar 15 Mar - 16:58

Atteindre les cabines ou mourir. Tels étaient les deux seuls choix qui lui restait. Impossible de savoir si elles étaient imperméables. Impossible de savoir si elles représentaient un lieu sûr. Et pourtant, c’était la dernière solution. A moins que…
Réfléchir trop longtemps était synonyme de mort. Il fallait agir ! Maintenant ! Larness saisit son sac d’un geste brusque, le passant sur ses épaules, avant de tourner le dos au navire pirate, se jetant vers les cabines à toute l’allure que lui permettait le pont branlant sous les mouvements du Wailord. En quelques petites secondes, il fut submergé. Trop tard pour les cabines. Trop tard pour suivre le Wailord. Trop tard pour la vie. Les remous gigantesques lorsque la baleine s’immergea entièrement le projetèrent plus loin, tout comme le navire pirate. Il fut balloté dans tous les sens. Tant et si bien qu’il en perdit rapidement ses repères, oubliant où était le haut et où était le bas.

Alors que la panique commençait à s’installer au fur et à mesure que l’oxygène le quittait, il repéra finalement une forme brunâtre sur sa gauche, fendant la surface. Le bateau corsaire ! Ni une ni deux, il nagea de toutes ses forces et, arrivé à proximité, planta ses griffes dans la coque pour s’y accrocher. Sa tête émergea et il respira aussitôt de grandes goulées d’air, lui laissant un goût délicieux de résurrection sur le palais. Aussitôt, il capta des voix agitées provenant du pont.

- Bordel ! Qu’est-ce qu’on fait, maintenant ? Le capitaine est mort ! On peut pas laisser ce bâtard s’en tirer ainsi !
- Pour sûr ! On poursuit ce foutu Wailord, les gars ! Gardez le cap ! Toutes voiles dehors ! En avant !
- Ohla, ohla. D’où tu donnes les ordres ? Tu n’es pas capitaine !
- J’étais le second du capitaine ! Je suis le mieux placé pour le remplacer.
- Tu déconnes ! T’étais second uniquement parce que t’es trop con pour être capitaine ! C’est moi qui dois prendre les commandes, je suis plus intelligent !
- Plutôt crever ! Je préfère encore que ce soit ce foutu Mangriff borgne plutôt que toi !
- Et moi donc ! Avec toi à notre tête, on court à notre perte ! Et pis, lui, au moins, il a vaincu le capitaine !
- Ca peut s’arranger, déclara simplement Larness en passant par-dessus le bastingage.

Le Vigoroth et l’Akwakwak, tête contre tête et visiblement énervés, tournèrent aussitôt le regard vers la nouvelle voix.

- Un intrus à bord ! beugla le Vigoroth.
- Un capitaine à bord, rectifia Larness.  Vous venez de le dire, non ? J’ai tué votre capitaine. Il est logique que je prenne sa place. Avant que quiconque ait pu répondre, le Mangriff désigna des membres d’équipage de ses griffes. Toi ! Toi ! Et toi ! Hissez la grand-voile ! Toi ! Déploie le mât d’artimon ! Et toi ! fit-il en désignant le Vigoroth. A la barre ! Tout de suite ! Suis ce Wailord !

Ce fut comme un réflexe instinctif, et il s’en voulut pour ça, mais le Vigoroth lui répondit par un « Oui, capitaine ! » tout en le saluant. Le ton que Larness avait employé était si impérieux qu’il appelait forcément l’obéissance. Cela semblait incroyable comme retournement de situation. Mais les pirates ne respectaient rien d’autre que la force et l’autorité. Ils avaient vu les deux en Larness. Et celui-ci était apparu comme une fleur au milieu du chaos ambiant causé par la perte de leur capitaine. Il n’avait pas montré le moindre signe de peur d’ainsi être entouré d’ennemis. Il s’était contenté de donner des ordres, et ils avaient aussitôt suivis. Ainsi débuta la carrière de pirate de Larness.

- Terre en vue !

Beugla la vigie trois heures plus tard. Ils étaient enfin arrivés à proximité de l’île d’Ahoris. Cela ne faisait aucun doute au vu de la jungle luxuriante qui leur faisait face. Luxuriante et pourtant gelée. Un spectacle incroyable, d’une pure beauté froide, qui coupa le souffle au plus insensible des pirates. Ils amarrèrent le bateau au débarcadère. Son sac toujours sur son dos, le Mangriff s’approcha du bastingage, s’apprêtant à descendre à terre d’un bond, lorsque l’Akwakwak lui parla.

- Qu’est-ce qu’on fait maintenant, Capitaine ? C’est notre nouveau point d’ancrage ?
- Toi, tu es le nouveau capitaine ! Et toi, fit-il en désignant le Vigoroth, tu es le second ! Je démissionne. A la revoyure.

Et il sauta par-dessus bord, atterrissant lestement sur un ponton de bois. Ainsi s'acheva la carrière de pirate de Larness.

[Suite sur l’île d’Ahoris]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En passant chez le passeur [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En passant chez le passeur [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réunion Chez Newman Entreprises [Libre]
» Une nouvelle arrivée chez les gryffondor [libre]
» [libre]Une enquête chez soi [Trickbast, rang D, Pirates, Baston & Espionnage]
» Que c'est bon de revenir chez sois (libre) abandon
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Story About Pokémon :: ☛ Territoire Neutre ☚ :: Mer Discorde-