A Story About Pokémon
Bienvenue étranger sur A Story About Pokémon !
Ce forum RPG est spécial car on y incarne uniquement des Pokémon. Ceux-ci peuvent également avoir des métiers, des vêtements et des armes en rapport avec l'époque Médiéval. Il y a des courses entre camps pour savoir qui sera le meilleur !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 D'un tunnel à l'autre [CAMP BETA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: D'un tunnel à l'autre [CAMP BETA]   Jeu 15 Oct - 21:57

Depuis ma rencontre avec ce spectrum, je n’avais fait que miner. De l’aube au crépuscule, je minais frénétiquement sans faire la moindre pause à la plus grande satisfaction de mes contremaîtres. Mon rendement s’était démultiplié. Pour ainsi dire, je ressemblais de plus en plus à une ombre et de moins en moins à un être vivant. C’était comme si par le travail, je cherchais à trouver une réponse que ne m’avait pas apporté l’ombrageux Conseiller lors de ce fameux entretien au clair de lune.

Depuis quarante-huit heures, j’avais retournée toutes les données du problème sans succès. En apparence, tout était pourtant clair : il avait approuvé ma vision du monde et ma quête de vengeance. Il était même allé jusqu’à m’encourager dans cette voie en me proposant de quitter ce camp pour réaliser mon rêve de vengeance sur ces faux prophètes qui se targuent de dicter au monde comment il doit tourner. Pourtant, quelque chose me gênait dans cette proposition, comme dans toute cette discussion d’ailleurs. La source de cette gêne n’était pas le fait qu’il veuille m’utiliser afin de défendre ses propres intérêts : non, cela me convenait tout à fait. En ce monde, il n’y a pas de choses telles que l’altruisme. C’est un mensonge conçu de toute pièces pour manipuler les faibles d’esprit et faire avancer l’agenda caché des dominants.

Non, le problème était beaucoup plus complexe. Condamner le mensonge et la tartufferie des parangons de vertu est une chose, mais vouloir les exterminer ne revenait-il pas à agir comme eux ? Etait-ce juste ? Etait-ce le rôle que les dieux avaient attribué à Tyra, la sapeuse d’élite du Bloc 21 ? Mon cœur m’engageait à accepter la proposition du Conseiller, mais au fond de moi-même j’avais l’impression d’être dupée sans vraiment comprendre pourquoi. C’était un sentiment diffus, une intuition impossible à mettre en mots. Mais surtout, c’était un dilemme insoluble.

Pendant que je cogitais inlassablement sur cette question, mes griffes broyaient des tonnes de terre et de pierre. C’était la tâche que l’on m’avait assignée depuis mon arrivée, alors on peut dire que j’étais la meilleure du camp dès lors qu’il s’agissait de déblayer le terrain. Les vrais mineurs venaient après moi avec leurs pioches et récoltaient l’or sur les gisements que mes travaux d’excavation avaient révélé. A un moment, un bruit différent de celui de mes griffes fendant la terre parvint à mes oreilles. Il était presque insignifiant, mais suffisant pour m’inciter à stopper le travail. Une fois à l’arrêt, je retournai la tête.

Je ne savais pas encore à quel point ce geste allait être décisif pour mon destin. De l’autre côté de la galerie, dans une cavité, un debugant émergea timidement. Que diable pouvait-il faire ici ? Se pouvait-il que je venais de relier involontairement les mines avec un tunnel inconnu situé à l’intérieur du camp ? Surprise autant de son apparition que de cette connexion improbable, je me relaxai aussitôt et lui souris pour lui faire comprendre qu’il n’avait rien à craindre de moi. Hélas, il ne me retourna pas ce sourire. Bien au contraire, il recula d’un pas. La stupeur m’envahissait. Mais ce qu’il se mit à dire m’ébranla bien davantage.

- Sœur…Sœurette  Tyra, qu’est-ce qui est arrivé à mon papa ?

Mon corps recouvert de crasse tressaillit. Il parlait de son père. J’étais terrifiée. Une peur immense m’envahit. J’avais peur de comprendre. Je ne voulais pas comprendre. Prenant un sourire hypocrite, je tentai de le rassurer.

- Ton Papa ? Qui est ton Papa ? Si tu me le décris, je pourrais t’aider à le trouver.

Il répondit avec innocence.

- Papa est…le chef du Bloc 56. Tous les dimanches, il vient me voir avec un grand sourire et m’amène des bonbons. Il le fait depuis que…depuis que Maman est partie. Il n’est pas venu hier. J’ai demandé à ses amis mais ils m’ont dit qu’il avait disparu il y a deux jours. J’ai peur, sœurette Tyra. Il me manque. Papa a toujours été gentil avec moi.

Cette réponse me détruisit avec bien plus de force que si les armées réunies de Helheim et de la Résistance m’attaquaient simultanément. Elle brisa toutes les certitudes adroitement instillées en moi par ce lugubre pokémon spectre. Comment était-ce possible ? Mes griffes tremblaient à présent. Je réalisai pleinement l’ampleur de mon erreur. Je le réalisai, mais dans le même temps je ne pouvais l’accepter. La folie s’empara de moi.

- Non…Tu mens. Il t’a fait un lavage de cerveau et t’as fait croire ça, mais ce n’est pas vrai. Un violeur ne saurait être capable de bonté. C’est impossible. Le Mal doit être détruit, ce n’est qu’ainsi que les faibles peuvent être préservés. Le spectre avait raison. Il ne peut avoir tort.

Une fureur sourde montait lentement en puissance en moi. Elle était autant dirigée vers moi que vers l’enfant, mais à ce stade je ne contrôlai plus mon corps. Je me rapprochai de lui et l’étrangla tout en soulevant son corps léger à deux mètres du sol.

- Tu mens, mon pauvre enfant. Tu mens. Ton père est le Mal incarné et c’est pour ça que je l’ai tué.

Le pauvre pokémon agonisait tout en tentant désespérément de me convaincre de le lâcher.

- Soeurette…Tu me fais mal. Tu…te trompe ! Papa était gentil ! Lorsque je me faisais taper, il venait à mon secours et frappait les méchants. Sœurette…je t’en prie, redeviens comme avant !

Le vide m’envahissait de nouveau. Le fantôme m’avait-il donc menti ? Non, je ne devais pas penser ainsi. Il devait y avoir une explication. J’avais bien agi, il ne pouvait en être autrement. Et pourtant, une profonde culpabilité me tétanisait. Je ne pouvais nier le réel : en pourfendant le Mal cette nuit-là, j’avais provoqué de la souffrance. Alors que le debugant allait perdre conscience d’une minute à l’autre, une voix inconnue m’apostropha.

HRP:
 


Dernière édition par Tyra le Mar 27 Oct - 8:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ersatz

avatar

Date d'inscription : 13/08/2015
Messages : 596

Parchemin
Arme: RUST Prototype [Sarbacane et fléchettes empoisonnées]
Infos sur le personnage:
Points: 149

MessageSujet: Re: D'un tunnel à l'autre [CAMP BETA]   Ven 16 Oct - 1:04

D'un tunnel à l'autre
Ft.Tyra
- La... Lache la. Ou alors je l'achève avant que tu la massacre? Histoire d'être bien sûr qu'elle ne souffre pas de tes pattes!

Pour la première fois depuis si longtemps, j'avais ma sarbacane en bouche, et chargée. Je ne bluffais pas, hein! Je visais vraiment l'enfant. Cette Sablaireau me faisait peur, je ne pouvais pas accepter qu'un enfant meurre comme ça sous mes yeux. Elle... Elle ignorait ses larmes. Quitte à ce qu'elle meurre, autant m'en occuper de la manière la moins douloureuse pour elle, une flèche dans le crâne. Mais mine de rien j'étais dans une sale situation... Comme d'hab vous me direz!? Esseyons tout de même de voir comment j'en arrivais là!

----- ---- --- -- -

Vous connaissiez le désert implacable? Lors de mon périple j'avais déjà traversé une zone semblable, les plaines infâmes. J'y étais arrivé en suivant une petite troupe de nomade qui acceptait de m'accueillir en échange d'aide à la cueillette, au ramassage du bois pour le feu et autres services. Il me lachèrent aux abords de la zone à la chaleur aride, me conseillant de vite le quitter histoire d'éviter la mort. Ils voyaient que j'étais frêle, et que la moindre minute sous deshydratation pouvaient me tuer. Mais je n'étais pas dupe, savant où aller. Si j'avais des doigts, nul ne doute que je leur aurait présenté celui du milieu de manière ostentatoire!

- Rocher... soixante-deux... soixante-trois... soixante-quatre! Trente-cinq mille cinq cents pas vers le sud maintenant...

Je connaissais par cœur mon chemin, comme je connaissais tous les lieux secrets du sud d'Aizora, et j'espérais bientôt la même chose du reste, et pourquoi pas de Silfiur et compagnie. A un peu moins de cinquante mille pas d'ici, j'allais pouvoir trouver ce petit village perdu au milieu du désert, Pazzio! Je me rappelais de toutes ces tentes, ces Pokémon invoquant sans arrêt danse pluie pour repaître leur soif... La culture mélangeant soleil et eau ne pouvait que produire les meilleures des plantations... J'allais pouvoir remplir mon stock de baies Durin! Après plusieurs heures de marches, j'arrivais enfin au lieu souhaité, transpirant et assoiffé. Je n'avais alors pas remarqué la souffrance que m'apportait la chaleur de ce soleil de plomb... Argh, j'haïssais le soleil ET l'eau, plutôt invivable comme situation! Comme ma précédente venue, il y avait vingt-sept habitations. Un mini écosystème s'était mis en place, chacun avait son métier et trouvait un moyen de contribuer à ce village perdu à sa manière. Un Nymphali s'approcha de moi et me serra dans ses énormes rubans roses :

- Oh, j'en r'viens pas! Ersatz, c'est toi!?

Lui c'était Myuni, un adolescent du village. Nous étions très complices et voisins avant la mort de mes parents, lui décida de venir se retirer ici, personnellement une vie ennuyeuse comme celle-ci ne m'intéressait pas. Je le pris dans mes bras histoire de lui dire bonjour, et me remis face à lui :

- Ahaha, Myuni, effectivement ça date! Je viens avec mon lot d'information, en échange t'aurais pas un beau petit sac de baies Durin? Les super amères là! Personne n'en veut, alors j'ai demandé à ce que l'on les récupère pour moi, j'en suis friand!

- T'as raison, je crois bien qu'on en a beaucoup! J'apporte le paquet!?

- Yep, avec un peu d'eau si t'as!

- Installe toi chez moi, j'arrive.

Cinquième tente du village. Tous les Pokémon me rencontrant me connaissaient alors que j'y allais. Personne n'avait le courage de voyager jusqu'à la cité, alors je jouais les missionnaires pour eux! Ils en avaient bien besoin en ces temps-ci. Je rentrais dans l'habitation de Myuni, m'asseyant sur un tapis de tissu par terre, il revint quelques minutes plus tard avec mes baies, quelques provisions et de quoi remplir un grand nombre de gourdes d'eau en glaise. J'en profitais pour le mettre au courant sur l'arrivée de Naxias à Helheim, et sa montée en pouvoir, et alors qu'il me demanda si j'étais pour ou contre elle, je lui répondis simplement que mon avis était totalement neutre. Pour l'instant, je n'avais aucun profit à faire en choisissant l'un ou l'autre. Après avoir discuté de longues dizaines de minutes, il changea de sujet de conversation :

- Bon... Eeet... Sinon, Ers', j'pense avoir trouvé une petite mission pour toi. T'es bien toujours le meilleur en infiltration?

Une mission? C'était vrai que ce gars avait le chic pour trouver les bonnes affaires aux alentours. Il trouvait toujours des bon plans pour se faire de la bouffe gratos à la Cité Noire. Parfois on se faisait royalement griller, mais de temps en temps, on pouvait mettre la main sur de beaux trésors...

- On ne te cache rien! Effectivement je sais jouer mes cartes dans ce domaine...

- Bon, eh bah écoute. Tu sais qu'on est à même pas à deux journée de marche lente du camp Bêta. Un Explorateur est passé par ici par pur hasard, et en lui offrant de quoi se rafraîchir, je l'ai entendu parler d'un petit bijou rare caché au camp.

Il sortit un bout de parchemin d'un de ses placards. Une carte, et une croix. Comme un trésor de pirate!

Ca, c'est le plan, dessiné par un cartographe pro! Il y a quelque part une salle - c'est la croix sur la carte, un peu cliché je le concède - cachant tous biens récupérés sur les prisonniers. Et étant donné qu'ils sont beaucoup, on pourrait remporter le pactole.

De l'argent... De... De quoi s'acheter à manger en toute légalité...

- Comment tu l'as obtenue?

- On va dire que ma main à un peu traîné dans la sacoche de cet aventurier... Il doit être loin maintenant, il a du s'en rendre compte mais c'est trop tard.

Ouais, du vol quoi. Nous discutâmes quelques minutes des modalités de partage. Soixante-quinze vingt-cinq pour moi. Il prenait un peu sous pretexte d'avoir déniché la conversation, j'hésitais à me barrer sans rien lui donner, les bénéfices engendrés par cette affaire allaient être monstrueux, à un tel point que je pourrais sacrifier notre relation. Je partis le lendemain.

----- ---- --- -- -

Au loin, je voyais les fortifications du camp! Sans difficulté, j'étais parvenu jusqu'ici, ce n'était pas l'eau qui me manquait depuis l'arrivée à Pazzio! Déjà, je fis de mon mieux pour ne pas rentrer dans le champ de vision de ces étranges tours de guet, d'où je ne voyais aucun garde. On entendait des cris de souffrance d'ici, ce qui n'était pas à me rassurer, mais j'avais déjà réussi à me faufiler dans le château de la Reine Noire. Par rapport à cet exploit, le camp c'était de l'urine de Chaglam.

Je pris une simple forme de Statitik. Un Pokémon jaune, comme le sable, ou le grès recouvrant les murs un peu trop usés du camp. On ne pouvait pas me voir ainsi, pas tant qu'on était a maxima cinq pas de moi, n'oubliions pas que la mini-araignée mesurait moins de dix-centimètres! De ces petits bonds frénétiques, je m'approchais de la porte principale. Observons avec retenue!

- Tiby'! Ouvre les grilles! On accueille un nouvel occupant.

- Bah dis donc, 'sont nombreux ces temps ci. Encore un de ces putains de résistants j'parie?!

- Bien vu! Lui il risque de rester là pendant longtemps, il à déjà réussi à échapper au camp Alpha après tout.

Le camp Alpha, j'y étais passé à côté il y a peu longtemps, je ne voulais absolument pas y retourner. Le nouveau prisonnier était donc amené encerclé par quatre Scalproie! Avaient-ils parcouru tout le chemin nécessaire pour venir à pied!? Impressionnante résistance physique de la garde dis-donc. L'un des deux gardes ouvrit la grande porte du camp et y pénétra, j'en profitai pour venir m'y faufiler avant sa fermeture! Le destin de ce pauvre gars ne m'intéressait donc plus, il fallait maintenant trouver la salle au "trésor"!

Je me rappelais par cœur de la carte. Je devais déjà traverser la cour centrale avant de rejoindre l'immense couloir aux cellules. Dans cette cour, il y avait des immenses tas de pierres, et les Pokémon étaient assignés à la tâche de les réduire en miette, le fun à l'état pur! Je ne comptais pas m'attarder ici alors que personne ne m'avait remarqué. Jusqu'à ce que je passe devant elle, seule dans son coin, à l'abri de tous regard, Sauf du mien, aussi aiguisé soit-il! Je trouvais cela étrange qu'on ne prêtait attention à moi tellement j'étais plus considéré comme un insecte plutôt que d'un être doué de conscience

----- ---- --- -- -

- Tu mens, mon pauvre enfant. Tu mens. Ton père est le Mal incarné et c’est pour ça que je l’ai tué.

Hein? L'hérisson tenait en ses griffes un enfant. Il me rappelait moi, avec sa stupidité, sauf qu'à l'instar de ce gosse, je n'étais pas idiot et faible au point de me faire attraper comme ça. Mais il en était toujours que, cette femelle blessait un enfant... Arrrrgh, je ne pouvais pas réagir! Je m'étais promis de prendre le blé et de me barrer d'ici mais... En un sens cet enfant allait être tué par quelqu'un qu'elle appelait "sœurette". Ca ne passait pas, tout ce qui tenait de la parenté - ou plutôt fraternité du coup - était sacré! Jouant les héros, je mis donc en place ma menace, et me voici rendu à les menacer de cette ridicule sarbacane. Ridicule d'allure, hein! Elle pouvait décimer plus d'une troupe de Pokémon, surtout avec mon nouveau prototype de fléchettes empoisonnées, mes "Pics Venin spécial Arbok!"

Cette Sablaireau m'intriguait au plus au point. Qu'y gagnait elle à tuer un enfant comme ça, sur le lieu où à la base elle est emprisonnée. Aucun sens, n'est ce pas? Afin qu'elle évite de continuer à défendre ses intérêts perso', je continuai de parler, en gardant une distance de sécurité plutôt faible.

- La délinquance ou l'injustice t'auraient t-elles placée sur le mauvais chemin? Héhéhé... Pose cette enfant avant qu'elle ne meure.

Couverture foutue.
[/b]

_________________

Ersatz's Theme 08 : Slums of basset | Je pue en #756c9c
Une voix dans ma tête me fait chier en #9c6c84

- Ah ha... Il ne reste donc plus que toi... et moi.
NON! Chassons les jusqu'au dernier! -


Dernière édition par Ersatz le Lun 16 Mai - 20:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: D'un tunnel à l'autre [CAMP BETA]   Ven 16 Oct - 13:18

La voix en question venait de derrière moi, dans le couloir de la galerie que je venais de creuser. Elle zozotait ridiculement, mais ce zozotement fut suffisant pour me faire reprendre mes sens. Je relâchai mon emprise sur le petit debugant et il retomba sur ses pieds. De toute façon, je n’étais pas suffisamment grande pour que sa chute soit dangereuse : elle atteignait deux mètres tout au plus.

Tandis que l’enfant reprenait son souffle, je demeurai statique. Qu’est-ce que je trafiquais ? Voilà que je me mettais à faire payer aux autres les conséquences de mes propres actes ! Cela ne me ressemblait pas. Je tournai la tête en direction de l’entrée de la galerie. Un zorua me faisait face, armé d’une sarbacane. Malgré son air féroce, je ne ressentais pourtant aucune intention meurtrière dans son regard. Ce n’était pas un garde. Ce n’était pas un prisonnier non plus : aucun numéro de matricule n’avait été gravé sur son corps au fer rouge. Une seule conclusion s’imposait donc : pour une raison quelconque qui ne me regardait pas, il avait eu l’idée stupide de s’infiltrer dans le Camp Bêta depuis l’extérieur. En toisant le petit pokémon, je m’approchai de lui.

- Personne ne t’a dit que la première règle de la furtivité est de ne jamais laisser le cœur obscurcir ton jugement ?

Je me trouvai à présent à cinquante centimètres de sa sarbacane. Il pouvait me décocher un pic empoisonné à tout instant mais je n’en avais cure. Après ce que je venais de faire à ce petit debugant, je ne méritais plus de vivre. On pourrait même dire que je désirais que la rétribution divine me frappe enfin par l’intermédiaire de cet insolent petit renard. Je le fixai d’un air sévère pendant deux bonnes minutes. Ce n’est qu’un nouveau bruit, plus lointain, qui mit fin à cet échange muet. La garde arrivait. Elle n’en avait certainement pas contre moi : le Conseiller n’avait aucun intérêt à me faire exécuter avant que je ne lui donne ma réponse. Ce bruit de pas ne pouvait que viser le zorua clandestin. D’une manière ou d’une autre, il avait dû se faire repérer bien avant qu’il ne tombe sur moi.

Ils devaient être à deux cents mètres, peut-être cent. Je regardais l’autre bout du tunnel. La galerie tournait à gauche : ils ne pouvaient donc apparaître que de là. Il fallait faire quelque chose. Après tout, aussi insolent soit-il mon invité m’avait empêché de récidiver dans mon erreur. J’avais une dette envers lui. Une dette que j’allais m’empresser de payer.

- Qui que tu sois, reste auprès de cet enfant. Je ne l’ai pas épargné pour que tu le laisse mourir par négligence.

A ces mots, je m’enterrai sous terre en un clin d’œil pour réapparaître quelque mètres plus loin dans la galerie. Le zorua et le debugant étaient maintenant à trente mètres de moi : la distance devait être suffisante. Alors que les gardes s’apprêtaient à apparaître, je lacérai à l’aide de mes griffes le plafond de façon à faire s’écrouler une masse de granit que j’avais repérée un peu plus tôt. Elle n’était pas suffisamment large pour atteindre les deux compères, mais elle allait me permettre de les cacher. Une fois ceci fait, je commençai à miner dans une autre direction pour faire croire aux gardes que j’étais en train de travailler. Lorsqu’ils apparurent enfin, l’un d’entre eux me cria dessus. C’était un flobio au nez balafré.

- Hey matricule 21 603, tu n’aurais pas vu un pokémon bizarre dans les environs ?

Je feignis la surprise.

- Ecoutez mon brave, je vois plein de choses bizarres dans ces galeries. Sois plus précis : je suis une ouvrière, pas un contremaître qui connait sur le bout des doigts tout ce qui entre de vivant dans cette mine !

Le flobio semblait agacé de mon irrévérence, mais il était visiblement trop pressé pour me faire un sermon. Il se contenta d’obéir à ma requête.

- L’Inquisiteur du camp a remarqué des traces de pas étranges qui s’étendent entre l’entrée du camp et la mine. On dirait celles d’un statitik, mais le plus étrange c’est qu’elles semblent s’être transformées en celles d’un zorua à partir de l’entrée des galeries. Je te le redemande donc : tu n’as rien vu de suspect dans le coin ?

On atteignait le moment décisif. Il fallait à présent lui répondre sérieusement. Dans le cas contraire, il serait devenu suspicieux et je me serais retrouvée incapable de me débarrasser de lui et de sa clique.

- A part le contremaître de cette partie de la mine, personne n’est passé. Je vous rappelle que je suis responsable des travaux d’excavation et qu’à ce titre aucun ouvrier n’est autorisé à entrer dans ces galeries avant que j’en sois officiellement sortie.

Il grinça des dents, mais s’avoua vaincu. Il savait que je n’avais aucun intérêt à le tromper et que, de toute façon, je n’avais jamais mentie à un garde jusqu’à ce jour. Pourquoi l’aurais-je fait ? Après tout, si je l’avais voulue cela fait belle lurette que je me serais évadée de ce trou à rats. L’effet d’habitude jouait à mon avantage. Le groupe de gardes partit peu après, me laissant les mains libres pour creuser une galerie parallèle qui me permette de rejoindre zorua et le petit debugant. Lorsque je les revis, je soupirai de soulagement. Ils étaient toujours vivants.

- C’est bon, le danger est passé. Maintenant jeune renard, tu vas me faire le plaisir de me dire ce que tu fiche là. Je veux bien que tu joues au preux chevalier qui sauve la veuve et l’orphelin, mais je doute que cela soit pour ça que tu aies pris autant de risques. Est-ce l’appât du gain ou le goût du risque qui t’amène ?
Revenir en haut Aller en bas
Ersatz

avatar

Date d'inscription : 13/08/2015
Messages : 596

Parchemin
Arme: RUST Prototype [Sarbacane et fléchettes empoisonnées]
Infos sur le personnage:
Points: 149

MessageSujet: Re: D'un tunnel à l'autre [CAMP BETA]   Mar 20 Oct - 20:38

D'un tunnel à l'autre
Ft.Tyra
Ah le con! A vouloir joué les héros j'avais grillé ma couverture! Déjà que mon intrusion, même si elle était discrète, pouvait avoir éveillé quelque soupçons... Non, non, ne penses pas ça! La vie de cet enfant était bien plus importante, et pouvait même te rapporter quelque chose. De la reconnaissance, richesse encore plus importante que l'or! Peu m'importait d'où venait cette reconnaissance, mais un jour où l'autre, j'allais revoir cet enfant. Et cet enfant aurait une dette certaine envers moi, peut-être même qu'il pourrait me sauver d'un danger de mort? Entendant ma voix, la femelle lâcha le gamin, tombant sans se faire mal. Il me regarda, peut-être comme un héros, où juste comme un intrus? Peut-être jouaient-ils!? Ce qu'elle me dit m'annonça bien le contraire. Sa voix était... Éteinte de toute joie, j'avais l'impression qu'elle tentait de se dédouaner de son action aux allures certainement meurtrières d'il y a quelque secondes :

- Essaye déjà de ne pas laisser ton cœur obscurcir tes actes avant de l'ouvrir

Sa réaction était plutôt étrange. On aurait dit qu'elle ne mesurait pas les conséquences de ce qu'elle faisait, comme si elle n'en avait que faire de sa propre existence... J'aurais pu lui tirer une fléchette dans le crâne! Elle se serait écroulé dans le plus grand des silences, s'envolant emportant avec elle son propre passé aux allures de série noire. Elle commença à me fixer, profondément. Réalisant enfin l'importance de ses actes, pendant plusieurs minutes, m'accordant alors une grande attention. Oui, elle m'était totalement inconnue, et le contraire marchait sûrement aussi.  Essayant de décrypter le pourquoi du comment. Comme si j'aurais pu être un envoyé d'on ne sait qui, d'on ne sait où. Comme si j'aurais pu être là pour anéantir quelconque existence ne méritant pas une seconde de plus après ce qu'elles avaient fait. L'idée d'être considérée ainsi était relativement plaisante, mais il n'en était pas du tout ainsi. J'étais un simple voleur venu pour m'emparer d'on ne sait combien de richesses. Mais contrairement à elle, je mettais un point d'honneur à ma survie. Survie maintenant mise en danger si je m'en tenais aux bruits me surrondant d'ailleurs!

J'avais bien fait d'entrer dans cette galerie. Non pas que ma progression en serait restreinte, mais on aurait beaucoup plus de mal à me retrouver. J'aurais très bien pu m'enfuir, et elle aussi. Mais elle tint simplement à me confier le Débugant, et à partir sous terre pour pouvoir apparaître loin, suffisamment. Elle fit s'écrouler le plafond qu'il y avait entre nous, et maintenant personne ne pouvait savoir que nous étions là. Je l'entendis simplement converser auprès de ces gardes. Le ton sur lequel elle leur parlait était méprisant, elle savait comment s'y prendre avec eux. Elle était là depuis longtemps hein? Le danger était apparemment écarté, alors je la revit, ayant creusé un tunnel un dévié par rapport à l'ancien, contente de ne pas nous avoir écrasé.

Alors elle me posa la plus simple des questions qui soit - et pourtant je l'appréhendais - à savoir "que fais-tu ici?". Je tournai mon regard quelque secondes sur le petit enfant encore abasourdi. Elle devait y tenir non? Je n'avais rien à quoi m'attacher moi. Étais-je avide à ce point?

- L'appât du gain. On va dire que je suis là pour récupérer des miettes entreposées là depuis des années durant.

Je lui montrai la carte du lieu dessinée par l'espèce d'explorateur à qui elle appartenait. On voyait clairement la forme du lieu dessinée par au dessus, et une croix marquant le lieu où étaient entreposées tout ce qui était auparavant possédé par les prisonniers.

- Mais j'aimerais plutôt savoir pourquoi tu étais en train d'assassiner cet enfant? Il ne t'as rien fait, si?

Hors de question que ce soit elle qui me pose des questions.
[/color][/b]

_________________

Ersatz's Theme 08 : Slums of basset | Je pue en #756c9c
Une voix dans ma tête me fait chier en #9c6c84

- Ah ha... Il ne reste donc plus que toi... et moi.
NON! Chassons les jusqu'au dernier! -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D'un tunnel à l'autre [CAMP BETA]   

Revenir en haut Aller en bas
 
D'un tunnel à l'autre [CAMP BETA]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» mise a jour de la beta test
» La lumière au bout du tunnel ?
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Story About Pokémon :: ☛ Place de la détente ☚ :: Vestiges du passé :: RPs abandonnés-